Parcours entre Chaley et Saint-Rambert-en-Bugeycarte de france

Pêches électriques de fin d’années…

Pêches électriques de fin d’années…

L’étude génétique et scalimétrique lancée cette année s’est clôturée en ce début de semaine. Plusieurs centaines de poissons ont ainsi été inventoriés, truites et ombres confondus. Ceci permettra de connaître précisément le taux de croissance des poissons et l’évolution génétique depuis l’arrêt total des alevinages il y a 20 ans. Si toute la rivière a été passée au crible, l’étude s’est terminée sur trois secteurs, l’amont et l’aval du pont de la gare, le centre de Tenay, et l’amont de Chaley. Ce qui nous a permis de constater l’excellent état de santé des poissons malgré la faiblesses des débits.

La journée a été nécessaire pour finaliser tout cela, mais au final, la quantité de poissons vu ce jour là dépasse toute espérance…

Mesure des poissons et photos à l’appui pour chaque individu…

…et prélèvements d’écailles.

Tout le matériel est facilement déplaçable et léger, ce qui permet des prospections rapides et efficaces.

Pour le reste, on vous laisse regarder la variété génétique des poissons pêchés, et que l’on a eu le plaisir de découvrir…à votre tour…

Les poissons pêchés, petits et gros, sont bien portant, ce qui prouve que ces poissons continuent à se nourrir copieusement malgré les bas débits…

Les mâles et les femelles sont déjà facilement reconnaissables. Ces dernières ont déjà un ventre bien pourvu en oeufs…

La fermeture approche (le 16 septembre cette année) et nous attendons désormais la remontée des débits…

3 réponses

  1. Né en 1949, Je suis un vieux pêcheur à la mouche !
    A l’époque dans les années 60/70 je passait sans m’arrêter par st Rambert et Tenay pour aller pêcher le Furans vers Chazey Bons, ivière alors très riche en ombres et truites et bien mieux que l’Albarine géré à l’époque ! Ecoeuré aussi de voir tous ces pseudo pêcheurs au fromage balancer les arc en ciel de bassines sur la route…
    Bien sur les temps ont heureusement changés ! Bravo pour toutes vos actions et la gestion raisonnée de vos lots , ,vous avez en plus la chance d’avoir un cours d’eau sans barrage,ni point de pollution grave ,braconnage, baigneurs ,canoés ,aux eaux fraiches malgré la canicule et la sécheresse ,je fait partie du bureau de l’AUPRA qui a bien du mal avec ces problèmes !
    Ce qui fait de l’Albarine une des meilleurs rivières de Rhône Alpes où je serai heureux demain de venir faire nager mes mouches …
    Cordialement à vous tous et bon courage pour la suite…
    ChristiAN GRANGE

    • albarine

      Merci pour vos encouragements, mais rassurez-vous, comme toutes les rivières, nous avons nos problèmes, et le braconnage estival existe, et cela nous prend énormément de temps et d’énergie. Quant aux pollutions, nous avons réglé la majeure partie des problèmes années après années. Idem pour les barrages avec qui nous travaillons conjointement et en bonne intelligence. Enfin, le but ultime est un fonctionnement naturel de la rivière. Merci encore et au plaisir.

    • C’est en effet ce qu’on pouvait lire, à l’époque, sur l’Albarine dans les revues de pêche à la mouche, plaisirs de la pêche en particulier. Pour ma part, j’ai toujours fait, dans ces années là, d’excellentes pêches de truites (il n’y avait pas d’ombres), pas très grosses, il est vrai, en mouche sèche, sur la partie aval. Les mouches y étaient très nombreuses en toute circonstance.
      Le réchauffement climatique, par son effet sur la température de l’eau, peut modifier une rivière à truite : la partie aval se dégrade, la partie amont s’améliore.
      Pour l’Albarine, la question se pose de savoir jusqu’où s’étendra la progression de cette dégradation due à l’élévation des températures dans les prochaines décennies

Laisser un commentaire